An-Nasr Vendredi #342 (Burqa : la cible de l'Occident?)

Contenu

Classe de ressource
Text
Titre
An-Nasr Vendredi #342 (Burqa : la cible de l'Occident?)
Créateur
N. D.
An-Nasr Vendredi
Date
21 mai 2010
numéro
342
Droits
In Copyright - Educational Use Permitted
Langue
Français
Contributeur
Frédérick Madore
Wikidata QID
Q116190846
extracted text
Lorsque vient le secours d'Allah ainsi que la victoire, célèbre les louanges de ton Seigneur et implore son pardon

Le débat semble nouveau,
Mais en attendant , Dieu merci
pour
le fait qu’en Afrique et
mais non, juste un regard sur
plus
particulièrement
au Burki­
le passé récent et vous vous
na le débat ne se pose
rendrez compte que beaucoup
pas .Mais dans ce village plané­
a été dit, entendu et même
taire où presque tout s’impor­
fait sur ce sujet. Et certaine­
te , par le fait que l’extérieur
ment que
le
(l’occident)
Burqa: la cible de Voccisemble être
plus
intéres­
l’idéal pour
dent?
sant reste à ve­
des
pays
nir.
comme le notre, réjouissons
nous avec réserve .
e port du voile islamique,
Bref, revenons au vrai sujet, le
puisque c’est de cela qu’il
voile
islamique et ses ramifica­
s’agit, a toujours fait l’ob­
tions. Il faut dire que le voile
jet de débats houleux dans bon
nombre de pays occidentaux et
islamique comporte de nom­
chaque fois que le débat a lieu
breuses versions.
l’on a tendance à penser à
une « guerre du voile ».
Les formes de voile islamique
Cette fois-ci et cinq ans après la
loi sur le voile à l’école (cas de
La burqa, tenue qui est à l’ori­
gine de la présente polémique,
la France), le débat ne porte
elle recouvre l’intégralité du
plus sur un simple foulard qui
corps de la femme, de la tête
cache les cheveux et le cou,
aux orteils, ne laissant apparaimais sur un vêtement qui cou­
tre que les mains (gantées).
vre l’intégralité du corps de la
Le niquab, voile intégral com­
femme.
plété par une étoffe laissant

L

pour les yeux.
Le hidjab, voile qui cache les
cheveux et le cou, dissimule les
formes des parties couvertes et
laisse voir le visage.
L’Occident a toujours mis en
cause toutes ces formes de voile
et comme nous l’avons tantôt
dit, aujourd’hui c’est au tour de
la burqa de s’inviter dans le dé­
bat. Et dans de nombreux pays
européens le seul mot à l’ordre
du jour est Tinterdiction” for­
melle du port de la burqa dans
les lieux publics comme la voie
publique, les lieux de travail, l’é­
cole...
Le début de la chasse au bur­
qa
Le top départ a été donné par la
Belgique le 29 avril 2010 où la
chambre des représentants (les
députés) a adopté la proposition
de la loi de Daniel Barcquelaine
du mouvement des réformateurs
(droite libérale) visant à interdire
le port de vêtement cachant tota­
lement le corps ou de manière
principale le visage.
En Italie même si la loi n’est pas
encore adoptée pour toute l’éten­
due du territoire, une femme
vient d’être condamnée à payer
une amende de 500 euros pour
avoir porté le voile intégral dans
un lieu public.
En France, le port de la burqa
dans les lieux publics n’est pas
interdit, il demeure un phéno­
mène rare .Mais le 8 juin 2009,

une soixantaine de députés de
toutes tendances, menés par le
député André Gerin, ont déposé
une proposition de résolution
pour la création d’une commis­
sion d’enquête
parlementaire
sur le port en France de la bur­
qa ou du niqab.
Et c’est finalement une mission
d’information que l’Assemblée
Nationale a installée le 1‘" juil­
let 2009, qui avait commencé
ses travaux pôur six mois. D’au­
cun diront qu’il est inutile de se
leurrer sur une possible autori­
sation du port de la burqa. Ils
n’ont
totalement pas tord,
quant- on sait que ce voile a déjà
reçu tous les noms d’oiseaux du
monde.
En commençant par le l‘cr des
français en la personne de Nico­
las SARKOZY qui disait que ‘’la
burqa n’est pas la bienvenue
sur le territoire de la Républi­
que ” et les autres français d’en
faire usage de qualifications pé­
joratives telles que :’’prison am­
bulante " , "forme d’oppression
" , "vêtement dégradant ", que
sais-je encore ?
Mais en attendant, l’opinion
comme les institutions françai­
ses sont divisées sur l’interdic­
tion ou non du port de la burqa.
Dans la matinée du mercredi 19
mai en conseil des ministres,
Michèle Alliot Marie ministre
français de l’intérieur a présenté
le projet de loi d’interdiction du

68

port de la burqa dans tout l’es­
pace public. Pour elle "la démo­
cratie se vit à visage décou­
vert !" Mais de quelle démocra­
tie parle-t-elle ?
Une loi sans fondement juridi­
que
Le Conseil d'État, la plus haute
juridiction en France a émis un
«avis défavorable» au projet de loi
du gouvernement visant à inter­
dire complètement le port du
voile intégral. Réunis en assem­
blée le mercredi 12 mai, en pré­
sence du secrétaire général du
gouvernement, les membres de
ce Conseil ont une nouvelle fois
expliqué, qu «une interdiction
absolue et générale du port du
voile intégral en tant que telle ne
pourrait trouver aucun fonde­
ment juridique incontestable» et
qu elle serait «exposée à de fortes
incertitudes constitutionnelles et
conventionnelles». Alors pour­
quoi certains s’entêtent donc à
ce qu’une loi anti-burqa
soit
adoptée par l’Assemblée Natio­
nale ? Ils me répondront très vite
que ma question est sans objet.
Fuir les vrais problèmes
Pourtant la France à l’instar de
bon nombre de pays européens
ont des vraies urgences ailleurs.

En France, la confusion qui est
installée dans les esprits va en­
core différer et perturber le vrai
débat sur les vrais enjeux qui
sont d’abord économique, so­
ciaux et j’en passe. Sinon, la po­
lémique sur la burqa va rouvrir
des frustrations, des antagonis­
mes, des racismes alors que la
chose la mieux partagée à l’heu­
re c’est de rassembler les ci­
toyens plutôt que de les diviser.
On peut penser ce qu’on veut de
la burqa, de son caractère
« régressif » ou non, il s’agit
pour nous d’opinions personnel­
les. Je m’imaginais pas qu’un
Etat comme la France, avait à se
prononcer sur les ténues vesti­
mentaires des français. En tout
cas une telle République pour
nous n’a pas pour rôle de faire
un procès sur la pratique reli­
gieuse des citoyens, mais plutôt
d’étre le garant des libertés reli­
gieuses et des valeurs morales.
De toutes les manières, une cho­
se est sûre, en islam dès qu’une
fille est pubère, obligatoirement
elle doit se voiler , s’habiller se­
lon les principes vestimentaires
de la religion .

“ru
69

Dieu fera triompher sa reli­
gion
Maintenant en ce qui concerne
la forme du voile. Les adeptes de
l’Islam ont toujours fait recours à
la position des savants musul­
mans qui l’on sait ne sont pas
unanimes sur certaines ques­
tions de la religion comme la
Burqa. Par conséquent chaque
adepte adopte l’avis de tel ou tel
savant selon sa conscience. Mais
la France qui se dit nation de
droit de l’Homme et de liberté re­
ligieuse, un pareil débat ne de­
vrait pas se mener, mais hélas !
seulement reconnaissons une
chose, l’Occident semble avoir
peur de l’avancée fulgurante de
l’islam dans ses territoires et ten­
te souvent de fuir le débat. Cer­
tains dirigeants européens font
de temps en temps face à la réali­
té mais leur réaction est toujours
restée vaine face à cette montée.
C’est le cas par exemple du tris­
tement célèbre Silvio BERLUS­
CONI qui disait ceci : « on ne
peut pas mettre sur le même
plan toutes les civilisations. Il
faut être conscients de notre
suprématie , de la supériorité
de la civilisation occidentale
qui a garanti le respect des
droits humains , religieux et
politiques qui n’existent pas
dans les pays islamiques . L’oc­
cident continuera à occidenta­
liser et à s’imposer aux peu­
ples. Cela a déjà réussi avec le

monde communiste et avec
une partie du monde islami­
que. » En un mot la civilisation
occidentale est supérieure à la
civilisation musulmane, c’est ce
qu’il faut comprendre de BERL
U
S
C
O
N
1 .
Cependant la position de BER­
LUSCONI révèle cette peur sour­
noise et illégitime qu’ont les occi­
dentaux vis-à-vis de l’islam. Pour
la question de la burqa, le débat
ne peut se mener que sur quel­
ques rares situations déplora­
bles. Telle une porteuse de burqa
qui refuse de se faire identifier
pour des raisons de sécurité.
En attendant, l’orage médiatique
est une fois de plus passé ou
passera, même si l’on sait qu’il
reviendra à la première occa­
sion .Cela suscite en nous des
interrogations .Toutes ces mesu­
res ne sont -elles pas envisagées
dans le but de lutter contre l’i­
slam ? Cependant rien ne peut
arrêter l’avancer de l’islam. Dieu
n’a-t-il pas dit: «
Ils veulent
éteindre de leurs bouches la lu­
mière d'Allah, alors qu'Allah pa­
rachèvera Sa lumière en dépit
de l'aversion des mécréants ».
S61V8

Par N. D

70

Collections
An-Nasr Vendredi