An-Nasr Vendredi #291 (Examen de fin d'année : soyons dignes et responsables)

Contenu

Classe de ressource
Text
Titre
An-Nasr Vendredi #291 (Examen de fin d'année : soyons dignes et responsables)
Créateur
Abdourahman ibn Said
An-Nasr Vendredi
Date
5 juin 2009
numéro
291
Couverture spatiale
Fada N'Gourma
Droits
In Copyright - Educational Use Permitted
Langue
Français
Contributeur
Frédérick Madore
Wikidata QID
Q116190789
extracted text
e top départ des exa­
re qui règne actuellement sur le
mens, session 2009 a
temple du savoir (UO) reste
été donné ce mercredi
confuse.
03 juin. Les candidats
Les pratiques indignes qu’il
aux certificats d’aptitude pro
­ éviter
faut
fessionnel (CAP) et brevet d’étu
­
Certaines
pratiques indignes
de professionnelle (CAP) ont ou­
prennent de l’ampleur dans no­
vert le bal des épreuves des
tre pays. Des personnes font
examens
des
scolaires.
prati­
Ceux
du
ques
CEP et BAC
indi­
fon les der­
gnes
nières
reou ont
des
touches
afin de se jeter dans le bain.
comportements inadmissibles
avant, lors ou après les compo­
N’est-ce pas un moment crucial
sitions. En effet, certains pa­
pour les élèves en classes d’exa­
rents espèrent aider leurs en­
men ? Que doit faire le musul­
fants par le biais des charlatans
man pendant cette période ?
et autres. Faut-il dire que ceux
Peut-on tricher ou corrompre
qui s’y rendent ont toujours
pour avoir son diplôme ?
leur foi ? Le bon musulman sait
Au moment ou les uns se po­
toujours compter sur la volonté
sent la question de savoir quelle
d’Allah(SWT).
sera leur sort à l’issue de ces
Depuis quelques années on as­
différents examens, d’autres at­
siste à la fuite des sujets bien
tendent à voir à quand la repri­
avant la composition connue
se des cours. Pour ces derniers
sous le nom de pétrole. On se
on ne peut dire quant à la cou­
rappelle que cette pratique a
leur de leur année. L’atmosphè­

L

70

valu la reprise de certains exa­
mens dans certaines localités les
années antérieurs. A chaque fois
que les coupables sont appré­
hendés, ils sont punis. Mais ces
sanctions ne dissuadent point
certaines personnes. Le phéno­
mène recule lentement. Faut-il
accuser la manière de punir ?
Dans les cas de figure, ces puni­
tions semblent être un coup d’é­
pée dans l’eau.
D’autres, comptent sur leurs voi­
sins pour tromper la vigilance
des surveillants, en se communi­
quant par des notes ou formules
écrites sur des membres et des
bouts de papier.
La tricherie et la tromperie sont
deux caractères interdits et blâ­
mables et ne font pas des quali­
tés du croyant qui craint son
Seigneur. Il incombe donc au
musulman de s’en éloigner. Il est
authentifié que le prophète(SAW)
a dit : « celui qui nous trompe ne
fait pas partie de nous », rappor­
té par Muslim d’après Abou
Houreira.
Dans une autre version rappor­
tée par Muslim : « celui qui tri­
che ne fait pas partie de mon
clan.» Toujours dans ce sens
Attabarani a rapporté : « celui
qui nous trompe ne fait pas par­
tie de nous (de notre commu­
nauté) et la malice et la tricherie
sont dans l’Enfer ».
Ceci est un concept général qui
englobe toute sorte de malice et

de tricherie dans n’importe quel
domaine. Le fait que ce caractère
fait partie des signes des hypo­
crites accentue encore plus sa
hideur. Allah le très haut dit à
propos des hypocrites : « Ils
cherchent seulement à trom­
per Allah et les croyants ; mais
ils ne trompent qu’eux même,
et ils ne s’en rendent pas
compte. »(C2/V9).
De ce qui précède on déduira
que la tricherie dans les exa­
mens est un comportement blâ­
mable et interdit quelle que soit
la nature de la manière dans la­
quelle l’élève ou l’étudiant est
examiné. En plus si l’étudiant ou
l’élève passe l’examen de cette
manière et obtient un diplôme, il
prendra sans doute des respon­
sabilités dans l’enseignement, la
médecine ou dans d’autres do­
maines de la vie. Comment
pourrait-il se permettre d’assu­
mer de telles responsabilités et
de percevoir en contre partie un
salaire alors qu’il a eu son diplô­
me par la tricherie et la fraude ?
Ceci est une injustice envers soimême et envers toute la commu­
nauté. En somme, la tricherie
est absolument interdite car
c’est un mal une épreuve et une
source de dégâts. Celui qui a eu
le malheur de la pratiquer doit
se repentir devant Allah(SWT) et
ne jamais récidiver.
Le système éducatif burkinabé
fait partie des meilleurs en Afri-

71

que francophone. Œuvrons à
préserver cette image. La déci­
sion du gouvernement de confier
l’organisation des examens et
des concours à des structures
' privées afin d’éviter certaines
pratiques est à saluer à juste va­
leur car la corruption, de l’achat
des consciences, la tricherie en
général est devenue un phéno­
mène sociétal et global qui se
traduise par une déchéance mo­
rale. Il faut non seulement une
réelle volonté politique mais aus­
si l’engagement de tous pour
éradiquer ce fléau.
Posons la valeur mots éducation
et examen
Le coran nous apprend comment
Dieu le tout Puissant a donnée à
l’homme toutes les facultés, phy­
sique et mentales, qui lui sont
nécessaire
pour
s’instruire.
Ayant accordé à l’homme ces
don, Dieu l’engage à parcourir le
monde, observer, étudier réflé­
chir, se souvenir et agir. Ces ter­
mes traduisent ce que nous
connaissons sous les noms d’en­
seignement et examen. On ob­
serve et on étudie avec l’ensei­
gnant, le sujet lors des examens
demande une réflexion afin de se
souvenir de ce qui avait été en­
seigné.
Il est évident que tous les indivi­
dus ne peuvent pas prétendre
atteindre aux plus hautes sphè­
res du savoir, mais il est deman­
dé aux musulmans de s’instruire

et d’étre utile aux autres.
Il est clair que l’instruction est
un devoir religieux et le rôle du
savant est sacré en islam. Par
conséquent
tout
apprenant
(élèves, étudiants et autres...)
doit s’attendre à une évaluation
à l’issu d’une formation. L’exa­
men de fin d’année a pour objec­
tifs essentiels :
D’évaluer ou tester la perfor­
mance des apprenants ; prépa­
rer une génération future com­
pétente, dynamique et responsa­
ble ; repositionner des individus
dans la société.
Egalement quel qu’en soit le ré­
sultat on doit se remettre tou­
jours à Dieu.
La réussite d’un examen n’est
pas une fin en soi tout comme
l’échec d’un examen n’est pas
l’échec dans la vie.
Pour les examens, concours, re­
cherche de l’emploi et promo­
tion, soyons lucide et restons
musulman. Revenons à la foi
véritable d’Allah. Ce n’est pas la
réussite d’un concours ou d’un
examen qui nourrit l’homme et
le rend heureux mais c’est Dieu
qui nourrit et donne le bonheur.
Dieu nous parle dans le coran
en ces termes : « Et celui qui
craint pieusement Allah, Il lui
donnera une issue et lui accor­
dera Ses dons par des moyens

72

insoupçonnés. Et quiconque
place sa confiance à Allah, Il
lui suffit(...) ».C65V3.

qui sait mettre Dieu dans tout ce
qu’il fait il Le trouvera dans ce
qui l’arrivera.

Tout candidat sait que l’examen
se prépare dès le début de l’an­
née scolaire. Avant d’aller à l’exa­
men il faut être armé, outillé. En
tant que musulman on n’est pas
adorateur de victoire ou de réus­
site ; mais combattants cons­
tants et persévérants sur le che­
min d’Allah. Le résultat vient au
bout de l’effort. Lors de la compo­
sition le musulman se montre se­
rein et demande à Dieu de l’é­
claircir sur le sujet. A la fin de
tout examen on s’attend soit à la
réussite soit à l’échec. En cas de
réussite reconnaissons qu’elle
émane de Dieu et remettonsnous à Lui. En cas d’échec recon­
naissons
également que c’est
l'œuvre de Dieu et se remettre à
Lui. Etre patient et endurant
comme le dit ce hadith « il y a
pour vous dans le malheur un
bien dont vous ignorez et dans
le bonheur souvent un mal
dont vous ignorez ».
Soyons fermes et dignes, défen­
dons les valeurs d’intégrité et de
probité. L’aide et le soutien de
Dieu nous trouveront là ou nous
sommes. Sinon nous serons com­
me les autres à la recherche du
gain facile et de l’illicite.

Abdourahman ibn Said

SENAFI 2009
Sous le thème :
« LA JEUNESSE
MUSULMANE
ET
L’EXPRESSION DE
SA FOI » le conseil
général du Gourma
accueille la 12è édi­
tion du Séminaire
National de Forma­
tion Islamique qui
se tiendra du 07 au
14 août
Rendez -vous à Fa­
da 2009

Ceux-là, Dieu les abandonne à
eux-mêmes. Sachons que celui
-

73

Collections
An-Nasr Vendredi