Concours de mémorisation du saint Coran : Seydou Kaboré remporte le premier prix

Contenu

Classe de ressource
Text
Titre
Concours de mémorisation du saint Coran : Seydou Kaboré remporte le premier prix
Créateur
Ibrahima Traoré
Editeur
Sidwaya
Date
26 juillet 2013
Résumé
La Communauté musulmane du Burkina Faso a organisé, du 17 au 19 juillet 2013, la 7è édition du concours national de mémorisation du saint Coran. Une compétition qui a vu le sacre de Seydou Kaboré.
Droits
In Copyright - Educational Use Permitted
Langue
Français
Contributeur
Frédérick Madore
contenu
La Communauté musulmane du Burkina Faso a organisé, du 17 au 19 juillet 2013, la 7è édition du concours national de mémorisation du saint Coran. Une compétition qui a vu le sacre de Seydou Kaboré.

Après trois jours de compétition, la 7è édition du concours national de mémorisation du saint Coran a connu son apothéose, le vendredi 19 juillet 2013 avec le sacre de Seydou Kaboré. Organisé par la Communauté musulmane du Burkina Faso(CMBF), il a réuni environ 63 participants venus de différentes localités du « pays des Hommes intègres ».

De ce fait, les candidats se sont affrontés dans trois catégories. La première a concerné la mémorisation d'au moins 1/6 du Coran. Pour la seconde catégorie, elle a regroupé les candidats ayant mémorisé la moitié du Coran. Et la dernière a concerné la mémorisation complète du Coran. Pour la première catégorie, c'est Seydou Kaboré qui est monté sur la plus haute marche du podium, suivi respectivement de Mohamed Gansoré et Arouna Kindo. Les lauréats de la 3è catégorie ont reçu entre autres, un vélo, une radio, une attestation et une enveloppe de 25 000 FCFA.

En outre, des prix spéciaux ont été remis à Solembouré Solengio, le plus jeune candidat (âgé de 11 ans), à Mohamed Sissao pour la meilleur voix et à Haoua Nikiéma, la meilleure parmi les femmes. Ils ont reçu chacun un vélo, une radio et une somme de 15 000 F. CFA. Le président du jury, Assane Gadiaga, a expliqué que la compétition a consisté à tester si les élèves ont effectivement mémorisé la partie correspondant à leur catégorie, à l'évaluation de la prononciation, de la ponctuation et à la qualité de la voix.

Le jury a félicité la tenue régulière de l'activité et l'intérêt accordé au concours. Il a invité les parents à amener leurs enfants à s'intéresser à la lecture du Coran. Car, « aujourd'hui, en matière de mémorisation du Coran, le Burkina est en retard dans la sous-région. Or, nous occupions autrefois la première place », a déploré M. Gadiaga. Pour le président par intérim de la Communauté musulmane du Burkina, El Hadj Adama Sakandé, « cette édition a été celle de la maturité, parce qu'en termes d'organisation, nous avons fait un bond qualitatif.

En outre, à la première édition, nous avions à peine cinq élèves qui mémorisaient le Coran en entier, mais aujourd'hui nous sommes à la trentaine ». De l'avis de El Hadj Adama Sakandé, le concours a pour objectif d'amener les musulmans à s'intéresser davantage au Coran qui est la constitution et le fondement de l'islam où chaque fidèle tire les enseignements liés à la pratique spirituelle et aux rapports avec la société. Et d'ajouter que la mémorisation du livre saint de l'islam est aussi un moyen de protéger et conserver le Coran.

« C'est également un moyen pour nous de sélectionner ceux qui vont représenter le Burkina Faso à l'étranger dans le concours de mémorisation du Coran », a poursuivi M. Sakandé. « Que Dieu fasse que le concours se pérennise et constitue un patrimoine dans notre action de promotion de l'islam », a-t-il souhaité. La patron de la cérémonie, Salif Kaboré, a félicité et encouragé les lauréats, tout en les invitant à persévérer dans la recherche des connaissances sur la religion musulmane.
Collections
Sidwaya