Acquis du jeûne : la persévérance dans l'adoration d'Allah, une quête perpétuelle

Contenu

Classe de ressource
Text
Titre
Acquis du jeûne : la persévérance dans l'adoration d'Allah, une quête perpétuelle
Créateur
Afsétou Sawadogo
Editeur
Sidwaya
Date
16 août 2012
Résumé
Durant ce mois de pénitence, tout fidèle musulman concrétise sa foi en Allah dans l'optique de voir ses oeuvres récompensées. Quels sont les acquis dont doit bénéficier le jeûneur ? Comment préserver les bienfaits obtenus dans la peine, la fatigue et la persévérance après 30 jours de « pénitence » ? L'imam Yacouba Tiemtoré du Cercle d'études, de recherches et de formation islamiques (CERFI) nous éclaire davantage sur la question.
Droits
In Copyright - Educational Use Permitted
Langue
Français
Contributeur
Frédérick Madore
contenu
Durant ce mois de pénitence, tout fidèle musulman concrétise sa foi en Allah dans l'optique de voir ses oeuvres récompensées. Quels sont les acquis dont doit bénéficier le jeûneur ? Comment préserver les bienfaits obtenus dans la peine, la fatigue et la persévérance après 30 jours de « pénitence » ? L'imam Yacouba Tiemtoré du Cercle d'études, de recherches et de formation islamiques (CERFI) nous éclaire davantage sur la question.

« Le jeûne de ramadan est pour tout musulman, le printemps de la spiritualité. Un moment particulier où elle est à son plus haut niveau et on ne peut parler d'acquis qu'après les 30 jours du mois béni », a dit d'emblée imam Yacouba Tiemtoré du Cercle d'études, de recherches et de formation islamiques (CERFI).

Il soutient que la période de ramadan dépasse tous les mois en bienfaits. Un mois qui a été instauré afin que chaque croyant puisse cultiver la piété, se racheter et revenir à la vraie foi. Les retombées positives attendues de cette période, selon imam Tiemtoré, sont évoquées dans le Saint Coran, qui stipule que tout jeûneur doit sortir de ce mois avec un supplément de piété. Dans la pratique quotidienne, il doit proscrire les actes illicites, s'efforcer de tendre vers la perfection, de poser des actes recommandés (les prières surérogatoires) et de récolter des vertus tout au long de ce mois.

En outre, l'école de la spiritualité, de la générosité, de l'amour d'Allah et d'intensification de son adoration qu'est le mois de ramadan, profite à beaucoup de musulmans. Malheureusement, d'une part nombreux sont ceux qui n'arrivent pas ou du moins ne peuvent pas préserver ces acquis après le ramadan. Certains retournent aux actes habituels en attendant le ramadan prochain. D'autre part, il y a aussi les musulmans non-pratiquants qui envahissent les mosquées durant cette période de jeûne.

A cette dernière catégorie de personnes, imam Yacouba Tiemtoré précise qu'elles peuvent engranger des acquis de leur jeûne en revivifiant et en revitalisant leur foi à travers l'adoration intense de Dieu. « Autant, le comportement du musulman pieux pendant ce mois sacré doit être imprégné de douceur, de courtoisie, de sérénité, de compassion, de générosité et de bienfaisance envers ses proches, autant il doit l'être également après le mois de ramadan », a précisé imam Tiemtoré. Pour dire qu'il n'y a pas un temps pour adorer Dieu.

L'adoration n'est ni mensuelle ni annuelle. Elle doit être continuelle et permanente. Plusieurs pratiques sont mises en oeuvre pour garantir les bienfaits de ce mois. En effet, il s'agit entre autres, comme l'a révélé imam Yacouba Tiemtoré, des prières nocturnes régulières, la lecture du Coran, le jeûne après le ramadan (les lundi et jeudi de chaque semaine). « Parmi la diversité des actes, c'est au fidèle musulman de choisir ceux dont il sera à mesure d'accomplir convenablement », a t-il expliqué.

Par ailleurs, imam Tiemtoré a indiqué qu'il est difficile pour un fidèle musulman de juger son prochain par ses actes durant le mois de miséricorde. « Seul Allah peut juger qui a réellement bénéficié des acquis de ce mois. Mais à l'échelle humaine, nous avons quelques indications pouvant nous permettre de savoir si nous avons obtenu les bienfaits durant cette période. Cela s'explique généralement par le changement de nos comportements envers notre entourage », a t-il signifié.

L'engagement envers Allah, les bonnes pratiques apprises à l'école du ramadan ne doivent pas constituer un frein après les 30 jours d'adoration. Ils doivent plutôt être une fonction quotidienne durant toute la vie de l'Homme.
Collections
Sidwaya