Maouloud 2006 : les musulmans burkinabè cultivent la tolérance

Contenu

Classe de ressource
Text
Titre
Maouloud 2006 : les musulmans burkinabè cultivent la tolérance
Editeur
Sidwaya
Date
11 avril 2006
Résumé
Les musulmans ont célébré dans la nuit du 9 au 10 avril 2006 à 0uagadougou, le Maouloud, naissance du prophète de l'Islam.
Couverture spatiale
Ouagadougou
Droits
In Copyright - Educational Use Permitted
Langue
Français
Contributeur
Frédérick Madore
contenu
Les musulmans ont célébré dans la nuit du 9 au 10 avril 2006 à Ouagadougou, le Maouloud, naissance du prophète de l'Islam.

A l'occasion, une foule immense a investi la cour de la Maison du peuple.

Pour Adama Sakandé, 1er vice-président de la communauté musulmane, le prophète, de son vivant a enseigné la tolérance et l'acceptation de la différence. Lectures du Saint Coran, doua (bénédictions) prêches et messages ont constitué le plat de résistance de la commémoration de la naissance du prophète de l'Islam dans la nuit du 9 au 10 avril 2006, à la Maison du peuple.

Cette commémoration, oeuvre de la communauté musulmane du Burkina Faso (CMBF) a connu la présence d'autorités politiques, administratives, religieuses et coutumières.

La soirée commence aux environs de 22 heures avec l'arrivée à la Maison du peuple, du président de la CMBF, El Hadj Oumarou Kanazoé et quelques dignitaires musulmans suivis peu après par le gouverneur de la région du Centre, le haut commissaire du Kadiogo et le maire de Ouagadougou. Sur place, un beau monde de fidèles musulmans dont beaucoup de femmes, la plupart de blanc vêtues, attendait.

Le tout premier acte de la cérémonie est fait de lecture du Coran, puis c'est Cheick Ibrahim Koanda qui s'illustre par un doua. Il a prononcé des bénédictions à l'endroit de tous les responsables politiques, administratifs et religieux et souhaité un développement de l'islam dans notre pays.

Le maire Simon Compaoré à son arrivée à la Maison du peuple salué par Oumarou Kanazoé sous les regards de Aboubacar Sana.

A sa suite, Cheick Aboubacar Kassim Sana, Imam de la grande mosquée de Ouagadougou a invoqué Dieu, afin qu'il répande santé et abondance sur le peuple burkinabè. Il a saisi l'occasion pour rappeler à l'assistance les grandes victoires au cours de l'année 2005 à mettre à l'actif des organisations islamiques nationales. C'est ainsi que pour lui, «2005 a été une grande année pour les musulmans». En témoignent la naissance de la Fédération des associations islamiques du Burkina (FIAB) pilotée par El Hadj Oumarou Kanazoé et l'organisation réussie du Hadj quand on sait que celle-ci a été confiée pour la première fois aux musulmans en 2005. En matière de prêches, le Cheick Sana est revenu largement sur les vertus de la foi qui peuvent nous prémunir de bien de maux tels que le sida et toutes les autres maladies. Les bienfaits de l'islam ont été aussi abordés par le représentant des ONG islamiques au Burkina qui s'est également étendu sur l'historique du Maouloud.

Les femmes sorties nombreuses ont vu leur place dans la société magnifiée par les hommes lors des prêches.

Le clou de la cérémonie a été l'adresse du président de la CMBF lue par le 1er vice-président de la CMBF El Hadj Adama Sakandé. Son discours a pris les couleurs du thème de la commémoration relatif à la coexistence pacifique entre l'islam et les autres religions.

Un appel à tous les croyants du pays à faire «un effort de dominer chacun en lui, tout ce qui incite à faire du mal à autrui». Actualité oblige, l'affaire des caricatures du prohphète Mohamed par la presse occidentale dont les vagues avaient touché notre pays, a été l'un des sujets abordés par ledit message.

Des milliers de fidèles musulmans ont pris d'assaut la cour de la Maison du peuple pour commémorer la naissance du prophète.

Pour Adama Sakandé, la clairvoyance des premiers responsables de la communauté musulmane de notre pays, qui ont su se prévaloir d'un esprit de tolérance et d'acceptation de la différence a permis d'éviter une quelconque manifestation de violence à l'endroit des chancelleries occidentales.
Collections
Sidwaya