Organisation du Hadj : gouvernement et associations islamiques cherchent la meilleure formule

Contenu

Classe de ressource
Text
Titre
Organisation du Hadj : gouvernement et associations islamiques cherchent la meilleure formule
Créateur
Boureima Sanga
Editeur
Sidwaya
Date
15 février 2008
Résumé
Le gouvernement burkinabè et les associations islamiques ont eu une séance de concertation et d'échange, jeudi 14 février 2008, en vue de trouver une formule idéale pour une meilleure organisation du pèlerinage annuel à La Mecque communément appelé le hadj.
Couverture spatiale
Djeddah
Droits
In Copyright - Educational Use Permitted
Langue
Français
Contributeur
Frédérick Madore
contenu
Le gouvernement burkinabè et les associations islamiques ont eu une séance de concertation et d'échange, jeudi 14 février 2008, en vue de trouver une formule idéale pour une meilleure organisation du pèlerinage annuel à La Mecque communément appelé le hadj.

Les milieux musulman et non musulman s'accordent à dire que l'organisation du hadj 2007 a été chaotique sur toute la chaîne. Les problèmes ont pour noms : un démarrage tardif, des difficultés énormes et des incidents répétitifs sur le volet transport aérien, près de 200 inscrits n'ont pas pu effectuer le hadj, des problèmes de logements, de santé... Cahin caha les Burkinabè ont pu effectuer le hadj 2007. Devant un tel tableau peint en noir le ministre de l'Administration territoriale et de Décentralisation, Clément P. Sawadogo a dit à l'ouverture des travaux que "c'est Dieu seul qui nous a fait tenir le hadj 2007".

Le ministre de l'Administration territoriale et de la Décentralisation, Clément Sawadogo : "L'Etat va jouer son rôle en appuyant les associations islamiques".

Faisant sien la sagesse qui enseigne que celui qui est tombé ne doit pas regarder là où il est tombé mais plutôt là où il a butté, le gouvernement veut trouver, en concertation avec les associations musulmanes, une formule idéale de l'organisation de hadj. Pour cette concertation, le ministre Clément Sawadogo était accompagné du ministre des Transports Noël Gilbert Ouédraogo, du ministre de la Fonction publique et de la Réforme de l'Etat, Seydou Bouda, du ministre délégué chargée de la Coopération régionale, Minata Samaté. Le débat se voulait être ouvert et libre. Ainsi, aucune solution n'a été préétablie, mais devrait être trouvée à la fin des discussions. Pour le président de la Fédération des associations islamiques du Burkina, El hadj Oumarou Kanzoé, le comité d'organisation du hadj 2007 n'a pas bien conduit son travail. Il demande cependant à tous les musulmans de se pardonner et de réfléchir avec les membres du gouvernement pour éviter ce qui est arrivé aux pèlerins burkinabè lors du hadj 2007.

Les membres du gouvernement...

... et les associations islamiques veulent une formule idéale d'organisation du hadj.

Depuis 2005, le gouvernement a autorisé les associations islamiques d'organiser le hadj. Les deux premières éditions se sont passées sans grands problèmes. Mais, selon le ministre Sawadogo, n'eût été l'implication de l'Etat, surtout de la représentation diplomatique du Burkina à Djeddah, il n'allait pas avoir de hadj 2007 pour les pèlerins burkinabè. "L'Etat va continuer à jouer son rôle en appuyant les associations islamiques qui devraient continuer de manière essentielle, à organiser le hadj, une activité religieuse qui leur incombe", a-t-il conclu. Certains participants ont souhaité que l'Etat s'implique davantage dans l'organisation du hadj en prenant certains aspects de celle-ci, comme le transport et la trésorerie...
Collections
Sidwaya