Les Imams en rang serré

Contenu

Classe de ressource
Text
Titre
Les Imams en rang serré
Créateur
Boureima Sanga
Editeur
Sidwaya
Date
11 août 2010
Résumé
Le Réseau burkinabè des organisations islamiques en population et développement (RBOIPD) a organisé, le jeudi 5 aout 2010, un séminaire de formation sur le thème « La contribution de la ommah islamia dans la promotion de la lutte contre la mortalité maternelle » à l'intention des imams du Burkina Faso.
Droits
In Copyright - Educational Use Permitted
Langue
Français
Contributeur
Frédérick Madore
contenu
Le Réseau burkinabè des organisations islamiques en population et développement (RBOIPD) a organisé, le jeudi 5 aout 2010, un séminaire de formation sur le thème « La contribution de la ommah islamia dans la promotion de la lutte contre la mortalité maternelle » à l'intention des imams du Burkina Faso.

Des musulmans s'engagent pour que plus aucune femme ne meure en voulant donner la vie. Venus de toutes les régions du Burkina, ils étaient soixante-dix à réfléchir sur comment les guides musulmans peuvent contribuer à lutter contre la mortalité maternelle au Burkina. L'initiative vient du Réseau burkinabè des organisations islamiques en population et développement (RBOIPD).

Pour le président du RBOIPD, Ahmad Nassouri Cissé, il est dit en islam, que le paradis se trouve au pied de la mère et c'est ce qui doit interpeler la communauté musulmane à se mobiliser à résoudre la problématique de la mortalité maternelle. Les imams se sont familiarisés avec les causes, l'ampleur et les actions entreprises par l'Etat et ses partenaires.

La mortalité maternelle se définit comme tout décès de femme enregistré pendant tout le déroulement de sa grossesse jusqu'au 45è jour après la grossesse, quelle que soit son issue et quelle que soit la cause du décès. Selon Oxfam-France, une femme meurt chaque minute à cause de complications liées à la grossesse. Et sur 530000 décès annuels de femmes pendant leur grossesse ou à l'accouchement, la mortalité a lieu en Afrique subsaharienne et un tiers en Asie du Sud.

Au Burkina, selon un rapport 2010 de Amnesty international, on estime à environ 2000 cas, le nombre de décès maternels. Des statistiques qui font la preuve que « Mourir en voulant donner la vie ! » constitue un véritable drame pour notre pays et un état de souffrance pour les femmes. Les imams se sont imprégnés des actions menées par l'Etat Burkinabè.

Il s'agit entre autres, de la large diffusion et réduction des coûts de la planification familiale, la gratuité de la consultation prénatale, la distribution de moustiquaires imprégnées aux femmes enceintes, la gratuité des vaccins antitétaniques et de la contractualisation des programmes de santé avec les organisations à base communautaire pour une plus grande adhésion et participation des populations, à travers des activités de sensibilisation.

Dans le combat contre ce fléau, les imams, en tant que guides religieux écoutés par les fidèles, veulent apporter leur pierre. Et cela pourrait se concevoir sous plusieurs angles. Il s'agira pour eux de plaider auprès de l'Etat, pour un meilleur accès à la santé reproductive à tous et à toutes, d'organiser des dawahs (conférences) sur le droit à la santé de la reproduction.

Pour y parvenir, le communicateur, Ousmane Sawadogo, pense que la Ommah islamia devrait instaurer l'éducation sexuelle dans tous les établissements d'enseignement et autres cadres d'éducation, introduire le droit à la santé reproductive dans la houtba (sermon) et former ses prêcheurs à la santé reproductive pour une large diffusion.

En tous les cas, Mme le représentant du Secrétaire permanent du Comité national de la population (SP/CONAPO), Nana Sanogho, a salué l'initiative du RBOIPD et l'a encouragé à impliquer les imams dans la promotion de la santé de la mère et de l'enfant.
Collections
Sidwaya