Une mosquée et une école franco-arabe à Bilbalogo

Contenu

Classe de ressource
Text
Titre
Une mosquée et une école franco-arabe à Bilbalogo
Créateur
Zackaria Bakouan
Editeur
Sidwaya
Date
3 août 2010
Résumé
Le haut-commissaire de la province du Zoundwéogo a présidé le 23 juillet 2010 la cérémonie d'inauguration du complexe Abdallah Ben-Massoud de Bilbalogo. C'était en présence du président de la fondation, Mohamed Elsherbini et des autorités politiques, administratives et religieuses.
Couverture spatiale
Arabie saoudite
Droits
In Copyright - Educational Use Permitted
Langue
Français
Contributeur
Frédérick Madore
contenu
Le haut-commissaire de la province du Zoundwéogo a présidé le 23 juillet 2010 la cérémonie d'inauguration du complexe Abdallah Ben-Massoud de Bilbalogo. C'était en présence du président de la fondation, Mohamed Elsherbini et des autorités politiques, administratives et religieuses.

« Je n'ai créé les djins et les hommes que pour m'adorer .... » clame le verset 56 de la sourate 51 du Saint Coran. A cette laconique citation, le Pr Abdulmohsen Almoriy, enseignant à l'université du Caire qui a effectué le déplacement du Burkina pour prendre à cette cérémonie a ajouté une proverbe arabe qui rappelle que « la vie est courte, il faut laisser de bonnes traces derrière vous.

Comme ça, tu ne mourras pas ». ces deux propos expliquent la réalisation de ce complexe composé d'une mosquée, d'une école de trois classes, de deux logements pour enseignants, d'une bibliothèque, d'un système d'adduction d'eau potable et d'une unité d'éclairage. En sortant massivement à cette occasion, les populations et ressortissants de Bilbalogo expriment leur intérêt pour ce joyau.

Dans son adresse, le représentant des populations Edouard Ouédraogo a rendu un vibrant hommage au chef de Bilbalogo. Selon lui, le leadership de ce dignitaire a permis la réalisation de plusieurs infrastructures. En faisant l'historique du village, M. Ouédraogo a signifié que le projet a été initié par Madi Tondé, un fils du chef durant ses études religieuses en Arabie saoudite.

Tour à tour, le député maire de la commune de Guiba, le préfet du département et le haut-commissaire de la province ont salué cette oeuvre. De plus, au regard des incompréhensions internes qu'a connu le projet, les intervenants ont invité les populations à cultiver, la solidarité, la communion religieuse et la fraternité.

Pour le donateur, la propagation de l'islam est un devoir pour tout musulman. « Ce cadre vise à raffermir votre foi et à vous offrir plus de commodités pour adorer Allah », a laissé entendre le président de la Fondation. Lecture du Saint coran, chants islamiques et surtout la prière de vendredi officiée par Mohamed Elsherbini, président de la fondation ont marqué l'événement.
Collections
Sidwaya