An-Nasr Vendredi #377 (Regard d'une militante)

Contenu

Classe de ressource
Text
Titre
An-Nasr Vendredi #377 (Regard d'une militante)
Créateur
An-Nasr Vendredi
Date
27 janvier 2011
numéro
377
Droits
In Copyright - Educational Use Permitted
Langue
Français
Contributeur
Frédérick Madore
Wikidata QID
Q116190522
contenu
Regard d'une militante

Parmi les principales actions nobles citées dans le coran figure celle du croyant pour la prospérité et le profit des musulmans. C'est-à-dire l'œuvre du musulman dans le sentier de Dieu pour la cause de l'islam. Militer donc dans une association religieuse comme l'AEEMB revêt le sens de lutte pour la cause divine. L'acte de militantisme au sein de l'AEEMB constitue dans ce présent numéro l'objet sur lequel sera consacré notre étude.

Le militantisme en définition représente l'action, l'engagement du militant dans une structure Donc dans le cadre de l'AEEMB, le militant est celui qui adhère à l'association et participe à ses activités. Dans l'AEEMB bon nombre de militants et militantes font preuve de dynamisme du point de vue de leur participation aux activités. Attitude qui atteste d'ailleurs leur large connaissance des intérêts de leurs actions. En effet, s'engager dans la voie du militantisme permet de gagner beaucoup plus. Tout d'abord, c'est dans le militantisme que Ton arrive à entrer en contact avec ses frères et sœurs en Dieu, donc de les connaître mieux. En outre, le militantisme facilite pour nous, une voie vers la recherche du savoir qui constitue un élément fondamental en islam. C'est à ce sujet que Dieu dit: « connaissez-moi avant de m'adorer » pour signifier que la recherche du savoir est incontournable pour pour une meilleure pratique de l'islam. Par ailleurs, le militantisme effectué avec dévouement ayant en tête l'unique objectif qui est l'avancée et la prospérité de l'islam peut nous guider vers le salut ou le paradis. L'islam préconise les bonnes actions aux musulmans. En islam, foi et action vont de paire. Il faut forcement croire mais surtout ne pas cesser d'œuvrer. Dans le coran plusieurs versets appellent les croyants à encourager ce qui est juste et à combattre le mal. Soulignons que ce devoir d'agir incombe aussi bien aux hommes qu'aux femmes. En témoigne le verset suivant: « Les croyants et les croyantes sont alliés les uns des autres. Ils commandent le convenable, interdisent le blâmable accomplissent la salat, acquittent la zakat et obéissent à Allah et à Son messager. Voila ceux auxquels Allah fera miséricorde, car Allah est puissant et sage. » S9 V71. Cette obligation est très explicitée dans cette parole du prophète (saw) rapportée par Muslim: « quiconque voit un mal, qu'il le combatte avec sa main; s'il ne peut pas qu'il le fasse avec sa langue, s'il ne peut pas qu'il le reprouve par son cœur et c'est le plus bas niveau de la foi.

Regard critique sur le militantisme des sœurs.

En dépit de ces mérites prescrites dans le coran et la sunna relatives à l'engagement du musulman, l'on constate un faible engagement de la part des sœurs surtout celles mariées. Le militantisme des sœurs demeure un défi à l'heure actuelle. Le militantisme de certaines femmes prend un coup à partir de l'instant où elles se marient. Pourtant nos frères qui se marient restent dynamiques. Comment expliquer cette baisse de dynamisme des sœurs mariées? Ainsi il est légitime de se poser un certain nombre de questions: quelles sont les raisons valables de ce changement au niveau de nos sœurs? Autrement dit quelles sont les causes qui poussent nos sœurs à " déserter les lieux" une fois après leur mariage? Voilà tant des questions qui méritent que l'on s'y attarde. Les causes peuvent être diverses et profondes. Chacune pourra énumérer diverses causes qui, selon elles, entraveraient son engagement. Mais en ce qui nous concerne, nous pouvons citer quelques causes, dont nous estimons importantes. En premier lieu l'on peut évoquer le problème d'organisation. En se mariant, la femme change de statut. Elle devient épouse et plus tard mère. Par conséquent elle doit faire face aux nouvelles exigences de son statut. Donc cela exige une bonne organisation de sa part, sinon elle ne pourra plus prendre part aux différentes activités. Mais malheureusement après le mariage les sœurs avancent comme justificatif, le manque de temps pour ne plus prendre part aux activités. Il ya également le manque d'informations. Ces sœurs cessent de s'informer sur les activités de la structure. Ainsi elles finissent par se faire oublier des autres. En plus de ces causes, l'on peut citer l'incompréhension de certains hommes qui pensent que leurs femmes ne doivent plus participer aux activités une fois mariées. Egalement l'on peut retenir le manque d'intérêt de ces femmes pour certaines activités. Ce manque d'intérêt peut s'expliquer, peut être, par l'organisation des activités qui ne répondent pas aux attentes de ces dernières ou simplement par une négligence de leur part. Ces différentes causes, loin d'être exhaustives, témoignent d'un problème qui ne cesse de prendre de l'ampleur, et qu'il va falloir trouver des solutions appropriées le plus tôt possible.

Dans tous les cas, nous savons tous pertinemment que quelles que soient les causes de cette mutation, il ne s'agit pas de faire porter la responsabilité exclusive sur qui que ça soit. En effet cette baisse de militantisme ou d'engagement ne profite à personne. Nous devons donc prendre conscience que si rien n'est fait et que cette situation perdure nous y perdrons tous. Pour se faire les sœurs doivent savoir que le militantisme ne s'arrête pas avec le mariage mais doit continuer. Donc à elles, de mieux s'organiser pour concilier mariage, études et militantisme. Les hommes aussi doivent comprendre et surtout faciliter et encourager le militantisme de leurs femmes. Notre société a besoin des femmes profondément engagées et militantes donc elles doivent être encouragées par tous. Dans l'organisation des activités on doit tenir compte des besoins des femmes mariées afin de motiver leur participation.

Ce qui est bon à retenir

Dans l'islam, le culte ne se limite pas seulement à la prière et au jeûne mais s'étend également à la recherche du savoir et au partage des expériences, alors que le militantisme est un moyen essentiel d'aller vers cela. Le prophète (saw) justifie l'importance de la recherche du savoir en ces termes: « celui qui prend une voie vers la recherche du savoir Dieu lui facilitera une voie vers le paradis ». La recherche du savoir est sans limite, elle ne connait ni âge ni sexe, ni statut social etc. Le prophète préconisait de chercher le savoir du berceau à la tombe. Les femmes au temps de l'envoyé d'Allah n'ont jamais cessé quant à la recherche du savoir et à la lutte dans le sentier de Dieu. A l'instar de ces femmes, nos sœurs doivent s'engager dans la recherche du savoir et partant dans la lutte pour toutes les bonnes causes. En effet le savoir commande l'action. En définitive, c'est un devoir pour tout croyant et toute croyante de s'engager pour un changement positif de notre communauté. Nos sœurs et plus précisément celles qui sont au foyer sont interpellées quant à leur devoir de transmission et de partage d'expériences avec leurs petites sœurs surtout. Pour finir les frères comme les sœurs doivent prendre conscience de la nécessité du militantisme ou de l'engagement dans le sentier de Dieu. Nos sœurs mariées ne doivent pas se sentir indexées mais interpellées afin que cette situation s'améliore.

Par Safi.
Collections
An-Nasr Vendredi