L'Autre Regard #44

Contenu

Classe de ressource
Text
Titre
L'Autre Regard #44
Créateur
L'Autre Regard
Date
septembre 2017
Résumé
Mensuel d'informations islamiques et générales
numéro
44
Couverture spatiale
Ouagadougou
Nigéria
Droits
In Copyright - Educational Use Permitted
Langue
Français
Contributeur
Frédérick Madore
Wikidata QID
Q114034818
extracted text
Si Díeu l'øvait voulu il uuruit
fuít de vous une seule communøuté,
SSv48

\lt-rst

t.t-

!)'l\tr()R\t.\T'to\s

!

tst.

JOURNEE DE L'EXCELLENCE ISLAMIQUE

J

gard

\\uet

<;í.rÉ.n rl_r.s

F_s t..'t.

Prix:500

f

EL HADJ O USSENI TAPSOBA,
PRESIDENT DE LA LIPF

la üemièle edition
ü6uue Roür le22
decemlrc2011

T
!'l';
::

't

.i

¡t

I

I

s

\,

LIMITATION DE NAISSANCE
POUR LE DEVELOPPEMENT

Un faux

délat

f'

TABASKI A LA MACO
l'nisto¡te du pruRhète
Youssouf UoseRhl
GontéG aux détenus

'*¿¿l?

{ü;

!

!

.-,

,,

-.#
t_

'

T,'

\

n

le message est passé
ciffi sul cim !

*''-a{

;.t*

llottG s0uha¡I, G'esI flue lG$
Bur[ina[è uiuent Gn [a¡r
Gt fiGn d'aulfe ll

PROMOTION
DE LA OUMMAH
ISLAMIQUE
ATTAQUE DU RESTAURANTCAFE AZIZ ISTANBUL

I

IB0lIlAl ueut en
faile son Ghcual
de

[alaille

.<
>r-

tdiloilal
LIMITATTON DE NAISSANCE POUR L E DEVELOPPEMENT

Un faux
ú
I

es narlemenlaires dc la CEDEAO, du
fCËno et de la MAURITANIE, viennent
.l-rldejeter de I'eau dans la rnane de leurpeuple.
En effet, lls ont au coun d'une rencontre tenue à
Ouasadousou dtns la capitale bu¡kinabé discuté de
la clu"estioñde la dividende démographique. Ils ont
alors proposé que chaque couple ne fasse plus de
trois (3) enfants à I'horizon 2030. Le nonbre d'enfants par lernme éant de 7,5 en moyenne'
Suivant des études dignes de foi, cette moyenlle qst
celle du Niger et non de l'Afrique entière, Coincidence de calendrier ou pas. quelques jours avant
cette rerìcontre c'est le president frar4ais Emmanuel
Macron qui affi¡mait en substatlce clue dans un
continenl ou chaque fenme fait 6 à 7 enfants, nême
si vous investissez des milliards, vous n'obtiendrez
rien, Le rnoins qu'on puisse dire, c'est que ces deuxpositions oÍrt soulevéle coun'oux des populations
dans certaius cercles el non eles moindres.

Les questions de dérnographie ont lait I'objet de
plusieurs théories. Ces théories peuveñ êüe résurlées en theories natalistes et en théories antinalalistes. Les défenseurs des theories populationnistes
font état de ce qu'rure population nombreuse est synonyme de richesse et de puissance. La puissance
s'exprime en terme économique, social, politique et
militaire.Aujourd'hui, lasituation de la Chine est illustrafiice de cette réalité. Elle à une populaTion de
1,3 milliards d'habitants et est en passe d'être la premiàe puissance mondiale. Et cet état de fait dérange
les puissances tr¿ditionnelles telles que la Fr¿nce,
les USA, et autres.ll conr,'ient de souligner que les
autorités chinoises ont su nrettre les chinois au Í¿-

vail.
Les pourlendeurs de la théorie cont¡aite estiment
qu'une population nombreuse est un obstacle ou un

frein au développement. Uexplication est

que

lorsque le taux de natalité est plus élevé que le taux
de croissance économique, les efforts de dér,eloppemeñ selonl annihilés par la population. Ainsi. les
efforts de développement consentis par la population active sonl Íès vite retfâpés par les difficultés
économiques et socialæ. Un petit regard sur les statistiques de quelques pays fait état de ce que repré-

dcnat !
de dire que dans notre pays les parents de façon gé-

nérale ont fui leur responsabìlite. Sinon comment
comprendre que la tàrnille en lant que cellule familiale de base selon les livres saints (Coran et Bible)
et le code des personnes el de la famille (art231)
laisse des enfants en marge. Le nolnbre des enfants
dans la n¡e croît tellement vite que I'on ne peut
s'empêchu parfois de se demander d'où viennentils ? Qui sont leun parents ? En efet les responsable.s des familles n'a"ssumentplus l'entièreté de leun
charges parentales laissant leurs progâritures à la
rue. L Etal la puissance publique aussi ne clispose
pæ d'une politique efficiente pom récupérer ces enmanque d'éducation, de scolarisation. d'encadrement et de formation. Comment un tel enfant peutil travailler pour être utile à lui-mêlne et à la société
entière si ce n'est contribuel alourdir les charges de

I'gtat ?
L Afrique doit faire en sorte que ces enfants soienl
éduqués et fonnés de manière à ce qu'ils puissent
prendre parl activenent à son développement. Ainsi
le taux de chônage sera reduit et le taux de øoissalce sera amélioré. C'est à ce prix que notre population sera un atout pour le ciéveloppement au lieu
d'être un poids qui lieine le développemenl Si nous
continuons à dilapider nos tnaigres ressources en
faisant dans la gabegie, et de la comrption, nous allons toujours reprocher à nos femmes leur fertilité.
Pour notre parl, nous voulons lancer un appel à tous
les acleurs. A nos imams et autrts leaders religieux
de sensibiliser les fidèles sur l'éducation et la prise
en charge de leur enfant conforménent aux principes et valeurs religieux. Aux parlementaires, nous
lews demaudons de voter des lois allant tlans le sens
de contraincl¡e les populations à assuner leur natalité et de proceder à des sensibilisations dans ce sens.
Ainsi chaque parent éduquera et encatlrera ces enfants.Au lieu de dernander une réduction du nombre
des enfarrts, les parlementaires devraient plutôt demander à leurs populatious d'avoir une natalité responsable.

wetó ; c'est nous qui leur attribuons Ia subsísÍonce,

Íoul comme à vous. Les llrcz, c'est vraiment iln
énorme péché >. Que I'on se comprcmre quand le

Aujourd'hui,
de la sofe.

pays développés.

Pow les musulmans, le Coran et la Suruta du proplrète Moharned (SAW) foumis des indications sur
la conduite à tenir lace à un tel débat. A cet efÍèt la
Sorirate l7 (le voyage noctume) r,erste 31 allinne
ceci:

<<

Ne ltrcz pas vas en;fcnts pur ct'ainle de pau-

coran dit : << ne tuez po s

>>,

à l'époque

I'on tuait ;rcur
difficultés de

les enfanls pour pouvoir iaire face aux

la vie. Et Dieu dans le Saint Coran a alors demandé
aux croyants de se rassuer de ce que la subsislance
émane de Dieu.
L éducation e1 la fonnation des enfants sont de la
responsabilité de I' Etat, des par€nts et de la société
toute entière. Sur le plan éducatid il nous convient

RECEPISSE
Arrêté : n"2613 lP I l2l C AOIT GIIPF
Siège social : Ouagadougou
Secteur 10 - 0l BP 2481 Ouaga 0l
Cel:76 93 60 93 / 79 91 05 66

Directeur de Publication
CuigmaArounan

:

fants. La conséquence de cette situation est [e

A nos parents,je leur demande d'éduquer les enfants
suivant des valeurs et référentiels bien déterminés à
I'inage de ce que nos gands-parents (leurs parents)
leur ont inculqué.
Nos gouvemants doiventplutôt revoir nos systèmes
éducatifs. Il est rnaintenant nécessaire de mettre en
place un systène éducatilqui <fabrique de.s c¡éateurs d'entreprises> plutôt que de fomrer des <diplônrés académiquesr> qtri ne nr lonl que frapper à
la porte de la Fonction publique. lnraginons que le
quãn des cliplômés au Burkina Faso qui sortent des
universi¡és et $andes écoles creait des entreprises
et que chacun embauchait ne serait-ce qu'un jer:ne.

sentc ulle population ltombreuse en matièlc de
développement. La France, 67 595 000 habiønts,
les USA, 324 81 I 000 habitants et I'lndonésie plus
d'un milliard d'habitants. Ces pays font partie des

q'#,,*lt'r,'ff$gard

le

taru

Rédacteur en chef:
Mohammed Djamil

Tel. :76 00 73 34
Equipe de rédaction
Mohammed Djarnil

:

Guigma Arounan
Sékou Ouédraogo

Abdoul Harnid Traoré
Maquette

& Montage PAO

Déogracias Conceptions
78 23 01 73

:

Annonces publicitaires

:

:

Pour tous r€nseignements,

veuillez vous adresser
à Rachid-production
à l'adresse suivant :

rachidproduction@yahoo.coln
où guigma.haroun@yahoo.

fr

Imprimerie:
IMPF : "19 87 61 60

de chôlnage ne semit pas élevé

Les parlementaires devraient se poser les bonnes
questions sur le sous-développernent de l'Afrique
srils vculent trouver un remède de laille à celle equation, Passer par toute autre voix comnle cet1e histoire de limitation des naissances est une fuite en

avant'

NANAMoumouni
i lJn diplômé qui ne soìi qre lire cl á)rire.

Dessinons I'ovenir ensemble!

L'Autre Regard - N'044 - Septembre 2017

faits
rn¡$oirc

r Gestes

TABASKI A LA MACO
du ProRhètG Yotrssouf uosGnltl contée aux üétenus

(MACO) ont célébré, à I'instar de
Les musulmans de la Maison d'arrêt et de correction de Ouagadougou
pour
leur coreligionnaires libres, ta fête d'Aid el kébir, le 1"" août 2017. Lolmam Aboubacar Sana 2 venu
à l'espérance à I'instar du Prophète Joseph
lroccasion a, dans son sermon, invité les détenus à I'endurance et
livres religieux.
ou youssouf, c'est selon, donf l'histoire est contée dans les

I
I

I est 8h15 lorsque I'hnam Aboubacar

Suno 2 débute la prière de [a fête de la
Itabasti. A I'issue des deux unités de

prière, place au serrnon. A endroit particulier, prêche particulier. Imam a accentué

son prêche sur la vie d'un détenu, dont
l'histoire, selon lui, mérite d'être contée
plus d'une fois à tout prisonnier. Il s'agit du
périple du Prophète Joseph qui connut la
gloire après être passé par les geôles' Son
hisloire suffit, selon I'imam, à toute personne privée de la liberté cl'aller et de venir,

de comprendre que la prison n'est pas une
fin en soi.
Il a invité les détenus à I'amendement pour
ceux dont leurs actes les ont cofiduits dans
ce lieu que tont le monde déteste. < Repen'

qu'íl vous parerreurs Ð, les a-t-il

tez-vorls vers Allah, aJìn

donne vos

recomlnandés. A ceux qui y soni par erreur
judiciaire ou qui se sonsidèrenl comme
étant victimes d'une injustice, I'imam les a
invités à l'endurance, à la patience car rien
de tout cela ne peut ariver sans la volonté
de Dieu >>. < Dieu ø un plan pour chacun
tle vous. Si ce plan cornmande que vous
passiez par la prison, vous ne pouvez y
échapper >, a-t'iir lancê. < Tbut près de
noøs, beaucoup de grands hornmes de notrc
pqls sont passés dans celte maison
(NÐLR : MACO), ceci esl la Preuve que
personne n'est à I'abrí de la prison >>, insistera-t-il. 11 a invoqué Allah afin que les
détenus puissent retrouver la liberté. Après
Ia prière. place à la fête.

Le président de I
Souleymane SimPoré

Imam
pendant le sermon
Deux taureaux Pour les détenus

A

cette journée spéciale, le. menu

à la

MACO n'est pas celui de tòüs les jours.
< Des dispositiJi sont prís pour que fios

pensionnaires soíentenfête >, selon Salifou

Kaboré, contrôleur de sécruité pénitentiaire. << Des bonnes volontés, à l'inslar de
I' Association islamique pour I' assista nce
aux détenus (AIPAÐ), nous accotrrpognent

dans cette journée qfin de permetîre aux
détenus de vivre la.fëÍe comme ceux de dehors >. En sus de cela, dçux tatueaux et un
bélier ont été immolés au nom des détenus
en cette joumée d'immolation. Le contrôleur Kaboré, intervenaut au nom régisseur
de la MACO, a invité les détenus à mettre
en pratique les conseils de l'lmam. UAIPAD, représenté par son président, Souley-

dit, son association offre aux détenus de la
MACO et de la Prison de haute sécurité
(PHS) de quoi leur permettre de se sentir
en fète. Cette tradition ell ce qui coucenle
la MACO, dure depuis 2012, daîe de création de I'AIPAD, dont les tnissions se résument à apporter un soutien matériel, moral,
éclucatif aux détenus des Maisons d'arrêt et
de corection afin que la prison soit effectivement un lieu d'amendernent. Le représentant des détenus musulmans, Mahamadi
Ouédraogo, dit saluer les efforts faits par la
direction de la MACO pour permettre aux
détenus de célébrer les différentes fêtes' Il
a salué égalenrent les associations à

,étëbr", taJête à nas côl'ós ). a-t-il dit'

mane Semporé, est un partenaire de la
MACO. A chaque tête musulmane, a-t-11
-*-

Une vue de quelques détenus pendant le sermon

L'Autre Regard - N'044 - Septembre 2017

I'instar

(
de I'AIPAD qui, contrairement à ce*r qui
ac'
d'oiseaux
nc¡ms
les
tous
de
Íraitent
nous
venqnÍ
en
peine
nolre
partager
de
ceptent
ParAbu Waqâss

t

Ltimmolation du taureau

E

\

ATTAQUE DU RESTAURANT-CAFE AZ'Z ISTANBUL
le messago Gst Rassé G¡n[ su] cinu !
Le 13 août derniero le Burkina Faso a été frappé de plein fouet par les terroristes sur I'avenue Kuw¿me
N'Kruman , au Cafê Ãziz Istanbul, à deux cents mètres de l'ancien lieu de loattaque Cappuccino. Cet attentat
a faft 19 mortsn une vingtaine de blessés et de nombreux dégâts. Ce qui dépasse notre entendement, c'est le
fait que les terroristes aient choisis le même endroit pour semer cette barbarie. Jusquoà l'heure actuelle,
l'attaque n'a pas encore été revendiquée. Bizarre !
e Btrkina Faso longtemps reconnu
T
I
cornme un Davs stable et fort de son
-L./-.yrr"*c dé rcnscrgnement est au-

jourd'huí en proie aux attaques terroristes.

Sous le régime du Président déchu Blaise
Compaoré, le pays a été épargné par ces
menaces qus nous sommes en passe de
viwe dorénavant. A l'époque, c'était nos
voisins qui étaient visés : le Mali, le Niger
et plus loin le Tchad, le Nigeria... Des politiques disaient qre certaines strucfures po-

litiques qui sont implicitement

de

connivence avec des groupes ten'oristes au
Mali séjoumaient au Burkina Faso si bien
que certaines réunions de ces groupes terroristes se tenaient dans notre capitale. Ceci
expliquerait pourquoi nous étions épargnés.
Le Burkina Faso aurait été un peu conrme
I'antichambre des Etats de la sous-région,
pour des touristes qui font dans les affaircs
de trafics tous azirnuts. Les libérations de
certains otages au nord du Mali viennent
conoborer cette thèse. Et cela a pe nis de
hisser le président Cornpaoré au rang des
chefs d'Etats afi'icains incontournable et
puissant. La France le voyait comtne le
stratège de la sous-région. Le réseau tissé à
I'interne par ce régime Cornpaoré comlne
à I'extérieur était puissant, n'eût été le terrible vent de I'ilsurrection populaire. C'est
alors, avec le renvcrscment brutal ct suryrc-

nant du régirne Compaoré, les choses vont
prendre une tournure amère et les groupes
terroristes ont commencé à se fairc sentir.
15 janvier 2016,Ie Cappuccino et I'hôtel
Splendide sont aftaqués. Un message fort
adressé au premier Gouvernement Kaba.

Au même moment d'autres types d'attaques sont signalées dans le pays profond.

On assiste à l'avènement d'un cefain
Malam lbrahirn Dicko au Nord du Burkina
et Mali. Ce dernier a endeuillé plus d'une
fois les forces armées dans cette partie septentrionale du Burkina. 13 Aoûr 2017. à

"!ttb
.¡Ò.'
ì

'bi
!i

l

¡

!il

!

\

þ:r tlt
'ül+

G.}i

]-

@
I

lll'{

ì

deux cents mètres de Cappucino, le Cafe

Aziz Istanbul est frappé. Bilan

19

morts.Beaucoup avaient interprété l'attaque
de Capuccino cou)rue la volonté des terroristes de casser des non-musulmans, des
Européens. Lorsque ces demiers ont ciblé
le restaurant halal le plus huppé cle la capi-

tale, l'on se demande alors, pourquoi ?
Pourquoi s'attaquer à un lieu dont ils savaient fréquenter majoritairement par des
musulmans ? C'est dire que les tenoristes
n'ont d'autres visées, que de se faire voir.
Ils se foutent de toute religion. Car eux
n'ont pas de religion. Leur religion, c'est la
teffeur. Leur but, c'est de mettre à genol¡x
le Burkina de Roch.
Certains observateurs justifrent ces attaques
par l'engagement du Burkina dans le G5
Sahel. En tons cas, il est grand temps que
le pays se dote d'un systèrne de.renseignement irreprochable pour annihiler les éventuelles attaques. Il faut doter nos FDS de
moyens suffisants. Il faut la collaboration.
à I'i¡teme comlne à I'exteme, de tous dans
cette lutte contre ces teroristes. Mais, il
fart aussi implorcr le secours d'Allah afin
qu'Il neutralisc ces vecteurs de malheurs.

t
Abdoul Hamid TRAORE

E

L'Autre Regard - N'044 - Septembre 2017

lnteruiew
EL HADJ OUSSENI ÏAPSOBA, PRESIDENT DE LA LIPF
rr

llotle souhait, G'Gst [uG les Butkina uiuem en mix et ]¡en d'autre u

Véritable artisan pour la paix et la tolérance, El hadj Tapsoba0usseni, président de la [,igue islamique pour la paix
au Faso, entend faire de cette association un outil pour la promotion de la paix au Faso et le développement national.
Dans cette interview exclusive, réalisée le 5 août 2Ù17 at siège de la Ligue plusieurs questions de I'heure ont été abordées. L'homme a donné sans fioriture son avis sur les différentes questions.
l'cxtension de la Mosquée en son temps que
v0us voyez.
Ðes incompréhensions persistent au niveau de

la Communauté Musulmane où des remous.
Quelles sont vos conseils pour une réunification définitive de la CMBF ?
Vous le savez bien je suis de la Commnnauté
rnusulul¡nc.le vais lc dcmculcr pour toujours.
Par conséquent, tout ce que je souhaite, c'est une

conmunanté musillmale plus unie pour ratisser
large, qu'on le veuille ou pas. la CMBË est 1e
pòre et mère de toutes les associations islamiques

au Burkina Faso. J'exhorte ccux qui ont en
charge la gestion cle l'apparcil de tout faire pour

prendre la direction qui puisse rassembler toute
la fanille rnusulmane cle la CMBF pour I'intérêt
des inusulmans du Burkiua Faso.

Quand vous évoquer la question du rassemblement, de quoi il s'agit exactement?
Je suis unanirne que 1'on peut réglel d'une manièr'e elhcace et définitive el une joumée ce qui

!,

ce passe au niveau de la CMBF. J'ai eu la chance

e
El hadj Ousseni

Tapsobao président de la ligue

Avant nous allons nous intóresser à votre p€rsonne, mais avant, parlez-nous de votre géniteur. el hadj Abdoulaye Tapsoba

ll

jusqu'à ce qu'il se retire sous le poids de l'âge.
ll est resté un membre iufluent de I'associalion
jusqu'à croupir sous le poids de l'âge.

Comrnunautó musulmane. Depuis notre naissance, nous I'avons connu avec la communauté.

Toujours au côté de mon père.j'ai cu la cltance
de connaître plus tard des pionniers de la CMBF
à I'inage de son premier president el hadj Ousmane Sibiri et d'autres grandes figurenl Çomme
El hadj Sidiki0ucdraogo, Djêeklv{oré {Karabinta), et bien d'auhes, qui à l'époque, ont beau-

coup æuvré pour

la

plemière association

islanique.

D'une manière spécifique, votre père jouait
quel rôle au sein de la CIVIBF el son temps ?
Courme je l'ai dit tantôt. nous sommes nés trour,er qu'il militait au sein de la CMBF si bien qu'il
a même occupé de grandes responsabilitðs

seyaient Éellement poul en discuter le problène

en serail résolu. Et cela relèi,erait déso¡mais du
passé parce que notls avons toujours des grands
hornmes au sein de la CMBF. Ce n'est pas aussi
grave ces malentendus si des approches sont initiées

il n'ya pas de raisort que ces ciiflérends ne
Il fàut seulentent

soieut pas rapidement évacués,

fut pour ma connaissance, I'une des personna-

iilés qui ont contribué à la constructiol de la

d'approcher'les grandes figures de la struchrre et
suis convaincu que si ces persounes s'as-

j'en

Que retenez-vous de votre père dans son implication dans la construction de Ia CMBF, les
choses noont pas été aussi simples même si au-

que la concertation soit franche et réelle car le
Burkina Faso en a lresoin de cette cohésion. Pour

jourd'hui ça semble rouler sur les rails?

réunifie et se réconcilie enlre elle-mêlne. c'est
tou¡ le Burtina qui gagne.

En effet, elles n'étaient pas simples, te¡lez une
confidence portant sur I'implication de mon père
pour l'élalgissement de la Grande Mosquée.
Mon père était un comlttel'çaltl, le pr'ésident à
l'époque, el hadj Sibiri Ousmane. l'a instruit de
faire une quête aupr'ès des jcunes colnnlcrçants
dans I'intention de réunir i00 000 F CFA, une
somlnc dcvant pcrmcttre de lanccr lcs travaux.

i[ avait obtcnu
85 000. Le reste de la sonlme fut colnplété par
le président afin que la construction puisse démaner. C'est pour vous dire qtro ccs gens ont h"-

Après trois ntois de collecte.

vaillé trois

mois pour réunir 100 000 F pour

L'Autre Regard - N'044 'Septembre 2A17

ainsi dire que si la Communaulé Musullnane se

Les Burkinabé vous ont connu aYec l'avènement de la LIPF (La Ligae Islomique pour Iø
paír que fø.rry'. Comment est née cette structure associative qui surplombe déjà beaucoup
d'association sur la promotion de la paix ?
Vos éloges nous vont droit au cæur. La créalion
de la Ligue part d'un constal.Vous savez que depuis 2014. 2015 cen'êtait pas simple. Le climat
social n'est pas serein,

il fàllait f'aire

quelque

lnteruiew

/a

Suite de la page 5
chose. C'est pourquoi avec des amis, des
proches, ¡lous avons essayé de mettre sur pied
cette association rien que pour la paix. C'es{ une

Nous tirons vers la fin de notre entretien,
dites-nous, quelles pourraient être les grands
chantiers de la Ligue et de son conseil pour les
mois à venir ?
Nous comptons nettre des cellules de la Ligue
dans les 13 régions du Burkina Faso, qui vont
constituer des antennes pour la résolution dss
crises dans ces différentes localités. A chaque
fois, qu'il aura le besoin d'une n¡édiation, une
délégation quiftera Ouaga<lougou pour les régions pour travailler ayec ceux qui y sont ciéjà

structure apolitique. Les documcnts ont étó déposés au rninistère en janvier 2015 et c'est neuf
mois après, qr¡e nous avons eu les papiers de reconnaissance, précisérnent en septembre 201 5.
L'Assemblée générale a eut lieu Ie 27 décembre

20t5.
I

installés,

En moins de deux ans, la Liguc fait parler
d'elle. Qu'est-ce qui peut expliquer cela ?
C'est uue question de vision et d'approche. On
a une facilité avec les uns et les autres ef surtort
avec la presse que je remercie de passage par
votre entremise. Elle nous accompagne à tout
moment, ehose

tlui

a permis

tl'avoir celle visi

bilité.

Quelle est votre lecture de la situation nationale faite de grève, de débat sur les koglewéogo etc.

?

Je comprends les revendicatious de ces blaves

Retracer-nous le parcours de la Ligue depuis
son lancement ofñciel ?
Suite à notre irstallation, nous avonsjugé convenable d'aller soutenir nos vieilles mamans qui
étaient à Tanghin, (Delwendé), à l'occasion de la

fttc du

lt

t

\i

8 Mars par un don, qui dcvaient lcurs pcr-

mettre cle bien fêter la Journée internationale de
la fþrnme. Des visites cle courtoisies ont échelon-

lravailleurs qui sont légitimes. Mais je pense
qu'il faut privilégier le dialogue car chaque
chose à son lernps.

S'il faut

à chaque fois

durcir

les choscs. vraimcnt, ccla ne nous fait pas avan-

chez le chef d'Erat major de la geldarmerie Na-

tionale, chez le Directeur Général de la police
Nationalc. Nous avons rcndu visitc à I'Union
syndicale. à la FAIB (Fótlø'ation des associations islamiques tht Burkina Faso), au Cardinal
Pltilipe Ouedlaogo. au Pasteur Samuel Yarrreogo.

de l'AssemDiallo,le Chef de file de

Nous avons reucontré le président
blée natioirale Salifou

I'opposition, le Premier ministre. Nous avons
remis des paniers de reconnaissances aux
femmes des radios Omega et Savane FM poul le

Le Conseil des sages pour le dialogue et pour
la recherche de la paix, a été installé le 2l mai
2017 à Royal Beach. Que pouvons-nous savoir
sur ce CSDRP ?
Ce conseil installé justement le 2l mai2017 à
Royal Beach constih¡e le socle de la Ligue. ll est
I'inshument véritable qui doit porter le travail de
la paix dans tout le Burkina Faso. Cc co¡lscil cst
composé de membres reconnus pour leur bonne
moralité et pétris d'expérience dans la promotion
cle

la paix. C'est un conseil indispensable. Et

conseil dans lcs mois à venir.

le moment les actions de la Ligue, c'est la mise

tout. On n'a pas de fi'ontière aux différentes missions que nous nous sorrmes assignées. Quel
qu'en soit le lieu où des tensions peuvent laisser
présagel une menace, nous sommes chargés
aller pour semer les graines de la paix.

d'y

rain officiel. Lorsque je

l'ai approché, il n'a pas

hésité à donner son accord du fait que lui-mêrne
éfant musullnan, il n y a pas dc raison

nels, entre âutres. Ënfin, ce qui caractérise pour

Qutentendez-vous par le mot paix et comment comptez-vous la promouvoir?
La paix c'est cette stabilité qui nous permet de
vivre tous en toute harmonie sans distinction
d'ethnies, de religions. de cultures et d'autres
considéralions. I)onc, il f¿ut Ia rechercher par-

personnalité de telle envergure pour être un par-

compagne pas ses frères musulmans qui veulent

En tous les cas, la LIPF prône le dialogue.
faut que les gens sachent faire violence sur
eux¡lêrnes et ne pas vouloir à tout moment se
rendrejustice. Il faut plutôt faire confiance aux
juridictions de notre pays.

8 Mars 2017. Par ailleurs, on a organisé des pa-

recherçhe cle la paix (CÐRSP).

à vos côtés ?

Monsieur BonkoungouMahamdaou est le parrain officiel de la Ligue islamique pour la paix
au Faso. Ce n'est pas facile de convaiucre une

11

nous avons eu uno renconTl'e avec ses Sages et
instituer un comité qui va piloter les activités du

en place d'un Conseil pour le dialogue et pour la

rainé offìciellement par Monsieur Bonkoungou Mahamadou, EBOMAF, le magnant du
BTP en Afrique, un mot sur son engagement

cer.

nées notre palcours. Nous uous sommes renclus
chez le MooghoNaaba, miroir de la paix au Faso,

Nous savons également que la LIPF est par-

Qutavez-vous à dire à ceux qui pensent qu'el
hadj Tapsoba est animé par une vision politique.
J'ai voulu faire la politique en 1992 quand j'ai
été appelé à assumel la direction desjeunes

d'un

parti politique. Ça na pas marché puisque ça allait ôtrc unc soulrc dc division au scin dc notrc

qu'il n'ac-

reche¡cher et construire la paix. Depuis le lancernent de la Ligue,

il s'est engagé à nos côtés pour

nous soutenir. Enhp autres de ces accompagne-

nents, c'est le mini-car de 30 millions de FCFA
flambant neuf, des aides en numéraires, c'est
aussi I'inscription chaque année de nos uembrcs
pour la Mecque. Il nous a fait I'honneur et le
plaisir de nous amener dans son avion privé pour
la Oumra (Pelil pèlerinage pendønt le mais de
ranadan). Donc, il est très engagé pour nous accompagner. Et nous lui disons lrerci.
Votre dernier mot ?
Mon demier mot c'est vrairnenf un cri de cæur
à I'endloit d'El hadj luoussa Kanazoé et El hadj
Moussa Koancla de se comprendre ei de

se

par-

Il y a des milliers de personnes denières
eux. Tous les deux ont beaucoup apporté aux
donner.

musuhnans du Burkina Faso et conTinuenl de le
faire. Au nom du comité exécutif de la Ligue is-

lamique pour la paix au l'aso et par ma voix,
nous demandons à tout un chacun cle faire violencs sur sa personne. Ces deux ho¡nmes d'affaires ont cherché l'argent ensernble et si par la
force des choses, ils ne peuvent plus travailler
ensemble qu'on ér,ite la haine, qu'ils se pardon-

famille. Au-delà de cet exemple,

j'ai

é1é

sable CDR dcs quaftiers saints;

j'ai

été sympa-

de I'islanr. Je suis bien placé pour savoir ce que

thisant de partis politiques. Après cela. ce n'est
plus mon forr, la politiqt¡e. De nos jours, je ne

Je profite de vot¡'e passage, pour dei.nander aux

suis pas anirné par une vision politique. ailçune-

musulnans du Burkina de prier pour ces deux

menl pas.

messieurs.

respon-

nent au

profit des populations et surtout au nonl

ces deux hornmes ont fair pour les musulnlans.

PARAROUNAN GUIGMA

L'Autre Regard - N'044 - Septembre 2017

A uous

la Ralole

YAMTENGA

lnP$ilf, sauue des uies en donnant du sang
Crééepour promouvoÍr la santé des populations rurales du Burkina Faso, I'Association pour la promotion
de 19 sãnté en milieu rural (APSMR) a initié dans la journée du dimanche 13 aafit 2017, à loenceinte du
CSpS de Yamtenga, un don de sang. Etaient présents les membres et toutes les bonnes volontés déterminés
à sauver des vies. Cette démarche répond aux besoins urgents en ces temps d'hivernage où la demande de
sang est très élevée.

,.. et quelques membres donnant leur sang

Le SG dc I'ÀPSMR,...
a philosophic dc l'Association pour
T
t
lu-o.omoiion de la santé en miliet¡
I-J^iut (APSMR) s'inscrit dans une

d¡marnique de proximité avec les malades
du milieu rural par des conseìls, des accompagnemenls et une assistance. Pour le président de 1'association, Oumar Tiemtoré,
I'un des besoins des malades en cette période d'hivernage, c'est surtout le besoin en
sang. C'est pourquoi elle a repondu à l'appel du Centre régional de transfusion sanguine cle Ouagaclougou. Elle a donc battu

le rappel de ses troupes le 13 août à Yamtenga afin de sauver des vies.( Par cet ac.te,

nous voulons montrcr not¡e solidarité et
natre compassion envers toutes ces personnes qui altendenl d',être transfusées t,
dira Oumar Tiemtore,
L'association. qui est à sa première campagne, cornpte poursuivre cette æuwe utile
à I'endroit des malades dans les mois à
venir. Car pour les membres, < donner de

son sang relève d'un acte httmaniste el
nohle, qui ne doir pas s'arrêter en si bon

vue de quelques poches de sang recueillies

L'Autre Regard - N.044 - Septembre

Þ;

2O1T

chemin >. Le Centre régional de hansfusion
sanguine de Ouagadougou a salué cet acte
de I'APSMR et a invité toutes les associations à en tàire aulant.
Et bien avant cette journée de collecte de
sang, I'APSMR a initié un toumoi de Ma-

racana pour les jeunes autour du ballon
rond.Tout ceci participe de la volonté de
créer un engouement dans le monde rural,
rassure le président ds I'APSMR.

PAR RACHID JUNIOR

¡

I

r

( VA¡NCRE LA BOMBE ATOMIQUE SANS UN SEUL COUP DE FEU >
1e ilern¡Gt chel d'GuUrG dG llr lhmail Sf,Uailogo

Dans sa dynamique de contribuer à une bonne compréhension de I'Islamo DrAhmad Sawadogo, après son
ouvrage <<Le vraí vísuge de l'Islam >>, revient avec un nouveau essai intitulé : < Vaincre la bombe atomique
5ur,, un seul coup de feu >. La dédicace de ce livre a eu lieu te mardi 1"' août 2017 au Café-restaurant, Ãziz
Istanbul. Le lívre est édité par les éditions Basmallah, spécialisées d¿ns la promotion des oüvrages islamiques
au Burkina Faso.

PrAhmad

Une vue du presidium

A nalvses et réflexions sur l'ét¿t du
¡l\ *ono" en ce 21" siècle. marqué
L lparles ventes d'annes et son lol de
guerres qui endeuillent des Etats, des farnilles. Toutes les intelligences, les hommes
de paix et partisans de la non-violence, sont
mis à contribution dans la quête d'une solution miracle, afin de venir à bout de la pulsion mortelle des Etats. Pour Dr Ahmad
Sawadogo, la solution se trouve dans I'lslarn. r-"exemplc de la tolérance islamique cst
une solution pour la paix mondiale. tellç est
la conviction de ce savant qu'on ne présen{e
plus.n Si les valeurs de l'islqm soltt LTcceptées et appliquées telles qu'enseignées dans
le Coran et par te prophère (psl), I'humqníté
se elé.harasserait de lu haíne, source de
canflits et de grcrres r, dixit le Dr Ahrnad
Sawadogo, auteur de < Vaincre la bombe
aÍomique sa.ns un seul coup de.feu >. Atravers ce liwe. il propose six grandes étapes
pouvarlt amener le monde à vaincre les racines clu rnal pouvant conduire aux guents.
La culture islamique, premier retnède, esl
source de promotion de la paix et de la tolérance pour les populations et les politiques
de la planète contre les fléaux de la gttene.
Cette étape est dile étape d'exploration de
la culture islamique. L éducation des musr¡lmansest la deuxième proposition faite par
1'auteur.Pour lui, il s'agit par-là d'interpeler
les personnes se réclamant de I'lslam à revoir leur copie. Il les appelle à cultiver da-

vantage la tolérance, la patience. En plus,
I'humanité viendra à bout des menaces si
I'islam est enseigné et compris dans toutes
ses dimensions.
La patience face aux épreuves, est une autre
solution que propose I'auteur à ses lecteurs.
Entre autres thèmes abordés.

l'auteur interpelle les uns et les autres notamment les médias islamiques à faire siens
ce chef d'æuvre. Ce document de belle facture sera à coup sûr d'un apport certain au
profit de la communauté musulmane et de
la nation burkinabé et même au-delà.
PAR AROI.]NAN GUTGMA

Porlr la diffusion massive de cet ottvrage,

ARL
0uasadougoü 01 Tét 1+2281 50 3? g¡ 80
8ol.: t+2261t0 26 8226 n62682 26t-mal[ esif@liue.lr

0l

BP f81?

Imprimeríe - Fournítures & Mobíliers de bureøu
Matéríels & Consommubles ínþrmøtiques
Commerce Générøl

ffi

ll

trî
þür

L'Autre Regard - N"044 - Septembre 2017

PGlsIeGtius
JOURNEE DE L'EXCELLENCE ISLAMIQUE

la üemiète edition üéuue [our 1e22ilécem[10 2gl7
C)uagadougou abritera le 22 décembre prochain la première édition de la Journée de loexcellence islarnique (JEI).
Placée sous le parrainage du Ðocteur Gaoussou Diawara, cette initiative du Réseau des journalistes et communicateurs musulmans (REJCOM) vise à promouvoir I'excellence des acteurs du monde de loislam qui se sont détnarqués
aussi bien par leur travail citoyen que par leur soutien multiforme àloendroit de I'Islanl sur Ie plan national. Le comité
d'organisation était face à la presse le l4 juin 2017 pour procéder au lancement des activités de cette journée.
JÕUñN€g DE 8€XCEL[E¡'
,SLAMIQUE

d. d.¡,

ñ¡rrûn

d,r

!¡ ¡,.,\ d,.,¡-"nì p

h lórl¡

.'.tltn'"

Dr Gaoussou Diawara, parrain du
d'organisation de la JEI
Doler la

c:omwuna.uÍé nusu.lmone

t/Z/rl'unc yilrine ,lt' prorntttirtn de

11

qur'tqurr-un,s

ric

se,ç

itutotnhntltle,ç a<'-

teurs modèles de dé,-eloppemenl engagés
uussi bien à un ni,-eau individuel, qu'institulir¡nnel ¡r : telle est I'ambition du Róseau des
.iournalistes et conr rnunicateurs trusullnans

(REJCOM).4 travers cette éiiitio¡1, pteurière
du genrc.le bul ultin.re c'est dc protnouvoir et
dc mcttrp cn valcur lcs persomralitós qui æu-

vrent pour le développenre¡rl de I'lslarn au
Bi¡r'kina Faso. < Lu plu¡xtt des acleurs du
rnondc de I'lslam sont méct¡tzttus du public
alors qu'ils æuvrenl jours et nuils pour la
ptontofkttr de I'lslam. Il esl temps de ¡neflre
un.lìn à t'elu r, dixit El Fladj Moharned Nana,
président du comité d'organisation. Sclon ses
óires, < La JEI veuT être une rÓponse ri lo prrtblémulique de la visihilite tles uc'leurs uusul-

tlëveloppenrertt natk¡nal, à fa
rccrxtnuissonce de leurs rtcliotts. Elle s'entend êtrc une journée de reconnui.t.sont:e de
leurs elll¡rls it:ïbur' en uttendznt la grande

mans

du

Arounan Guigma, président de la JEI

ronl faits au cours de la sorree.
L organisalion de cctte prerrière édition va
nóccssitcr un budget próvisionnel de plus clc
vingf-cinq millions (25.000.000) cle f,'ancs
CFA el mobilisera plus de cinq cents (-500)
invités. Le co¡nité compte sur le soutien des
bonnes volontés poru'rclever lc cléfì. L'appel
ar¡ souticn ne tardera pas à trouver unc reponse favorablc clc la parl d'un actct¡r du
rnondc musulnran qu'on ne préscntc plus

cl'ailleurs.

11

la soiróe de rernise d'atlestatioll eÎ de troDix (10) catégorics dc distinctions sc-

de

Par Kèlètigui OUEDRAOGO

s'agit dr¡ Doclcur Gaoussou
Album plrotos du comÍté d'orqnísçlìon
à Ia page

l0

Les différentes catégories
de nominées sont:

r.!}
Þq-¡'.

. **

;,rü'N{

rócontpense auprò.r d',4llah I allirinc le prÓsidenl ciu cornité d'organisation El Had.i Mohanled Nana. Por.rr lui.
Cctlc.iournóc sela tnarquóc par utìc cxpositicln de produits, une confclcnce publiquc et
phécs.

Diawara, <¡ui a donné son accord de prirrcipe
potrr panainer sette ódition. < Quun/ on peul
aider il fauî le /itire.. La JEI esl une initìtzti,-e
qui v-au! son pesant d'or ll fhut la prendrc uu
sérieux >, a¿-il dít. 1-out comllìe lui, le cornité a salué déjà, les intcntions cl'accon"rpaplusieuls opérateurs
gncnlents
éconorniques et entreprises.

Une vue du trophée

L'Autre Regard - N'044 - Septembre 2A17

Les meilleures écoles, lycées et université
de I'année
Les cinq associations de I'année
Les mosquées de l'année
Les Imams, Muezzins et lecteurs de I'année

Les cinq savants de I'année
Les medias islamiques de I'année
L'institution intemationale islarnique de
I'année
Lcs entrcprencurs modèlcs dc I'annÓc
Les cinq personnalités de I'année.. ?
Les prix d'houneurs et prix spéciaux de
I'annóc.

PerspeGtiuc

t

íi

a

al

I

t,

t'

f



I

TF

.t'-¿

a.
'

\,

U'

rlñ

,r1,,
,

AO
*

l"S

r

Leadçr lnform¡thua

. bunuûiffi

5¡àgá et åô{dquå
ll SP l¡20 Cl.lS Cuañadougou
jú .r¡ }É h2
ró1, : lif¡
".t{l tâ 74 / lnr :

?út

E npc ffi* trlû afi,Arrn 4trmc ¡
t' orr ãrer dr¡¡fü rotilür ¡*¡

re q,ro!61\ ffi
$rc ft;¡go

Ganon @
Imrrêru* eoor

L'Autre Regard - N"044 - Septembre 2O17

I

I

faits a G It.
tieux

CONSEIL DES SAGES DE LA LIPF
affÍitel les armes [oul la ü0m0ti0n üe la

mil

¡+.

au faso

nstallé le 21 mai dernier sous la houlette de la crème des dignitaires musulmans du Burkina Faso,le Conseil
les sages pour le dialogue et la recherche de la paix a été reçu par le président de la Ligue islamique pour
a paix au Faso pour une séance de travail. I)ans la journée du 11 juin 2017 à loannexe de I'Hôtel Palm
Beach. Pour le président de la LIPR, I'objectif que les membres du conseil soient mieux informés sur la
vision de la LIPF pour bien remplir leurs missions.

f

ls étaient praiiquernent tous au complet

lå:ä,#:i .#ii"J; ;:ilïlJj

guer afin de promouvoir la paix dans ce
Burkina actuel ou les choses vont dans tous
les sens, il faut s'outiller des techniques du
moment, être bien informé du contexte
socio-politique. Cornme quoi < Qui veut
aller loin ménage sa monlure >. A tour de
rôle, chaque sage prend la parole pour exprimer ses appréciations et soumettre ses
doléances au Conseil. Ce fut des échanges
directs entre le président El Hadj Ousséni
Tapsoba et les conseillers. A I'issr¡e de la
rencontre. il est convenu de la nécessité de
mettre en place une équipe resffeinte pour
piloter les activités du Conseil. Cette
équipe est composée d'un coordonnateur et
son adjoint, d'un communicateur et son adjoint, de cinq consultants et un chargé des

De gauche à droite, Cheick Moaze Ouédraogo, El hadj Ousséni Tapsoba

et El hadj Konfé
également à qvoir

laþi,

devant nalts per-

aetlre d'atoir une bonne conduite en tant
que prcmotetû de la paìx \ dixit el hadj
Kouanda Oumarou, le Yaar Naaba.

<

IIJ'aut

Bnrkìna et

thèmes.

re.c.enser les zone.s sensibles au

Les sages ont rivalisé de propositiors pour
réussir cette tâche. Quelques propos entendus à la rencontre: < Lø paix comnence

metlrc en pløce un agenda devant permetlre de travaíller dans ces localités a/ìn de
réduire aux maxiuum les germes de la discordre>, selon El hadj Mohamrned Doumi.
<< Faisons en sorte Ete la paix qu'incarne
I'islum, nous puíssiotts la véhiculer à tru-

dans les .foyers et cela doit êtye pris en
contpte par le conseil afin que nous intégroru cela dans le programme. Tt'availlons

-.

¡-'9

vers nos aclivités au ptafil de nos populctions el de notre pays >, a affrrmé Cheick
Amidou Diallo,
Dans la même veine, le Coloncl KassoumOuedraogo, Cheick Moaze0ueclraogo,

El hadj
Belem Issa, Bamogo Habi, Hadja Tiendrebeogo Kady, ont tous souhaité bon vent à
cet outil de travail mis en place par la LIPF.
Cheick Mokthar Ouedraogo,

* i}.

au taso lLIPFJ,

la promctíon

mie$) vivre
F¿s r

Photo de famille du conseil des sages de la LIPF

L'Autre Regard - No044 - Septembre 2A17

RACHIDJUNIOR

r
PROMOT¡ON DE LA OUMMAH ISLAM1QUE

IB0il[]

ueut en lailo son cheual dG [ata¡lle

L'homme n'est plus à présenter, tant ses actions dans la sous-région que son grand cæur parlent à sa place.
Bonkoungou Mahamadou, pour ne pas le nommer, Président directeur général du Groupe EBOMAF, entreprise fluorescente qui fait dans le BTP' l'hôtellerie, le commerce pour ne citer que ceux-là, il se distingue
par sâ grande générosité à l'endroit des populations, Sa dernière action,en date, est sans doute la somme
de 100 millions de FCFA remise à I'ONG Credo pour la prise en charge des orphelins durant I'année scolaire de cette année 2017,

¡lÊ1'est daus cette dynarnique que
I
I'homrnc d'affaircs burkinabò veut
\../ voler au secours des associations

-,.-a_

,,

islamiques, a appris notre joumal ; lc PDC
du Groupe EBOMAR ver¡t voir ciaire avanf
toute dórnarche constructricc. ll vcLrt faire
de I'Islam au Burkina Faso un modèle dans
la sous-région. Il a donc chargé son &ère et
ami, le pnisident de la Ligue islarnique pour
la paix au Faso(LIPF) El hadj Ousséni Taposba, de veiller à mettre cn place un co-

mité qui va se pencher sur la question en
vue de propositions objectives et durables
en termes d'accornpagnement de la Oummah.
Pui,sse

Allah récompen.r¿r .\ott :;erviteur

pour la noblesse
A suivre

de.

son intention.

!

RACHID JUNIOR

I

Remise de la somme de 3 000 000 f CFA par le PDG
au prósident de la ligue lors de la renconfre

rn"þ
Lrotrß¿fltfltPflnu

*otlFlt

"l,d+)(¡ry,

'!-.

Don d'un car flambant neuf du PDG
à la

Photo de famille avec le PDG EBOMAF'

LIPF

Groupe Ebomaf
BONAF

L'ExcÊllmce dan¡

Ir

BTP

L'Autre Regard - N"044 - Septembre 2A17

Collections
L'Autre Regard