Ramadan : la présidentielle au coeur des prières

Contenu

Classe de ressource
Text
Titre
Ramadan : la présidentielle au coeur des prières
Créateur
Hamadi Baro
Editeur
Le Pays
Date
4 novembre 2005
Résumé
Après un mois de jeûne et d'abstinence de l'aube jusqu'à la nuit, les musulmans du Burkina ont rendu grâce à Allah, à travers une grande prière commune dite Aïd el Fitr ou petite fête le 3 novembre dernier. A Ouagadougou, c'est El Hadj Ibrahim Kouanda, grand Imam des fêtes, qui a présidé cette prière à la place des Nations.
Couverture spatiale
Ouagadougou
Droits
In Copyright - Educational Use Permitted
Langue
Français
Contributeur
Frédérick Madore
contenu
Après un mois de jeûne et d'abstinence de l'aube jusqu'à la nuit, les musulmans du Burkina ont rendu grâce à Allah, à travers une grande prière commune dite Aïd el Fitr ou petite fête le 3 novembre dernier. A Ouagadougou, c'est El Hadj Ibrahim Kouanda, grand Imam des fêtes, qui a présidé cette prière à la place des Nations.

La prière d'Aïd el Fitr ou petite fête marquant la fin du mois sacré de Ramadan a été dirigée, par El Hadj Ibrahim Kouanda, grand Imam de Ouagadougou. Après avoir effectué deux unités de prière avec les fidèles musulmans sortis nombreux pour la circonstance, il a, dans son sermon, souligné l'importance de la Zakat ul Fitr à prélever le jour de la fête. Cette Zakat ou impôt spécial purifie les actes posés durant ce mois et permet aux pauvres de partager la joie de cette fête. "La Zakat ul Fitr est un impôt obligatoire pour tout chef de famille qui en a les moyens. Elle consiste à prélever pour toute personne vivant à sa charge la mesure de çad ou 2,5 kg de céréale. Elle peut être également donnée en espèces aux pauvres ou aux nécessiteux", précisera El Hadj Karambinta Traoré de la Communauté musulmane.

El Hadj Moussa Semdé , secrétaire général de la Communauté musulmane du Burkina, en livrant le message de cette communauté, a souhaité qu'à l'approche de d'élection présidentielle que Dieu protège l'ensemble du peuple burkinabè afin que le pays traverse ces élections dans la paix, pour un développement harmonieux de tous. Il a tenu à saluer les membres du gouvernement qui, chaque année, assistent à la prière, de même que les représentants du corps diplomatique.

Outre la place des nations, la prière d'aïd el Fitr a été célébrée dans les différents secteurs de la ville de Ouagadougou, notamment au siège de l'AEEMB et du CERFI. Le Ramadan, de par ses multiples faveurs, nous fait gravir des marches dans notre cheminement vers Dieu, a indiqué l'Imam Tiégo Tiemtoré dans son Sermon. Aussi, tous les acquis du mois ne doivent-ils pas disparaître avec lui. Bien au contraire, on doit les consolider et les fructifier. .... Cette rupture d'un mois par rapport à la normalité est propre, plus que tout autre à développer aux croyants, les aspirations spirituelles et la vie du coeur. Le mois de Ramadan est l'occasion de renouer avec le but premier et ultime de la spiritualité musulmane : la réforme de l'être et le perfectionnement de soi".

"Durant un mois, nous avons jeûné, chacun s'est sacrifié pour vraiment avoir le pardon de Dieu. Alors nous nous sommes réunis ce matin pour dire merci à Dieu de nous avoir accordé la santé afin qu'on puisse observer un mois de jeûne. Après avoir accompli notre obligation religieuse, nous sommes contents. La joie se lit sur les visages. Je lance surtout un message d'encouragement aux soeurs qui se sont mobilisées beaucoup pour les prières nocturnes. Qu'Allah les récompense de la meilleure manière", a dit Aïssata Traoré, responsable de la cellule féminine de la communauté musulmane.

Pour Adama Fofana, ministre chargé des Relations avec le parlement et porte- parole du gouvernement, le mois de Ramadan est consacré par la petite fête. Il a permis aux musulmans de renforcer leur foi. "C'est une grâce de Dieu en tant que fidèle musulman de se consacrer pendant ce mois à renforcer non seulement sa foi, mais aussi savoir aussi ce que c'est que la faim, pour mieux comprendre ceux qui n'en ont pas, dans la mesure où l'on s'en prive volontairement. C'est une expérience forte pour l'homme, pour le croyant. Nous saisissons l'occasion pour attirer l'attention des frères musulmans à la solidarité, à l'amour du prochain et à se consacrer davantage à la société dans laquelle on vit", a-t-il laissé entendre.
Collections
Le Pays